Accueil > Actualités > La Recherche > Nature et souveraineté

Nature et souveraineté


Colloque national organisé par le LexFeim

La modernité nous présente un homme réduit à la dimension d’un sujet devant une nature ravalée au rang d’objet. Il faut sans doute remonter à la fondation du politique et de la culture occidentale pour repérer les premiers pas d’un homme qui repousse la nature pour mieux s’élancer à sa conquête. Platon indique déjà le chemin à suivre. Sortir de la caverne, terrain des compromis et des apparences. S’extraire de la cité et de son milieu, pour se diriger vers le « sol » enfin ferme des Idées et pour en ramener des lois qui apporteront la lumière et l’ordre en ces lieux obscurs et déshérités de la vie publique.
Cette tradition occidentale d’un pouvoir en surplomb, d’une légalité qui gouverne les hommes et les choses, introduit la grande séparation de l’homme et de la nature. Les théories modernes du droit naturel politisent la séparation. Elles spéculent sur l’origine du politique et elles imaginent des hommes quittant l’état de nature pour chercher refuge dans la société. Le politique ne semble concerner que des hommes qui doivent tomber d’accord. Le monde commence son éclipse. Le contrat social devient la terre promise ou la nature se cantonne à un individu : car le droit à la conservation ou la liberté capte toute la nature disponible. La Révolution et la Déclaration des droits de l’homme donneront le maximum d’étendue politique et juridique à cette orientation anthropocentrique. Tout homme accède à la qualité de sujet de droit et, bien longtemps après la découverte romaine de la personnalité, cherche à briser les chaînes d’un pouvoir qui devra se réinventer démocratique.
L’homme s’arroge des droits et il laisse le monde à l’extérieur du projet politique ou avec le statut d’objet. D’un côté, une nature inerte ou presque, et en tout cas sans esprits et sans droits. De l’autre, un homme, ses lois et une volonté de dominer. Car la nature-objet doit se conformer à ses besoins. Cette domination n’est pas simplement évidente ; elle s’élève jusqu’au conflit contre des éléments que l’humain devrait vaincre pour se réaliser. Selon Jules Michelet :
« Avec le monde a commencé une guerre qui doit finir avec le monde, et pas avant ; celle de l’homme contre la nature, de l’esprit contre la matière, de la liberté contre la fatalité... La nature reste la même, tandis que chaque jour l’homme prend quelques avantages sur elle ». (Cité par Christophe Bonneuil, Jean-Baptiste Fressoz, L’événement Anthropocène, la terre, l’histoire et nous, éditions du seuil, 2016.)

Mise en ligne : 29-11-2019 - Mise à jour : 29-11-2019

Informations pratiques

Colloque national
jeudi 5 décembre 2019
Salle Olympe de Gouges, Faculté des Affaires internationales
organisé par Michel Bruno et Jean-Marc Roy (LexFEIM)

Facebook
Plan du site - Mentions légales – © 2015-2019 Bibliothèque Universitaire - 25 rue Philippe Lebon - BP 1123 - 76063 Le Havre Cedex France Bu centrale - téléphone : 02 32 74 44 14 / Bibliothèque de l’IUT téléphone : 02 32 74 47 05 / bu@univ-lehavre.fr